Au début, il n'y avait rien !

Les jours, les années, les siècles, sont à la fois une interminable tempête, comme une simple brise. Rien ne venait déranger le sommeil de l’univers. Néanmoins une présence errait depuis toujours, dans l’ombre. Gardien des lieux et de l’inchangé rien ne pouvait exister sans sa présence. Son royaume était incommensurable, loin de tout et protégeant son pouvoir de la convoitise des autres. Sa retraite en ces lieux dura des âges, mais elle ne pu être éternelle. En une fraction de seconde, après une éternité de sommeil l’obscurité laissa place à la lumière.

Création de l'univers de diOptera

Naissance de l'univers

Après que le calme soit revenu, des astres de feu apparurent dans le noir. Fébrile était leur lumière, mais plus le temps avançait plus leur feu était ardent et leur nombre colossal. Des pierres inertes se mirent à voler autour de ces astres de feu, mais pendant une éternité, le monde n’évolua pas…

La naissance de l'univers de diOptera

Naissance du monde

L’un de ces astres inertes devient bientôt notre maison. Fait de roche, de lave et de vapeur, la planète n’était cependant pas encore prête à recevoir la vie. La matière était en ébullition, le miasme de roche s’imprégnait des fibres de vies qui s’échappaient du cœur de la planète. Elle fit encore nombre de révolution avant que le calme ne puisse s’installer.

Création de la planète de diOptera

Prête à accueillir la vie

Après une éternité de cataclysme, les éléments s’étaient enfin stabilisés. L’énergie enfouie dans le cœur de la planète, maintenant mélangée à la perfection avec les éléments de la terre, permirent à de minuscules êtres d’évoluer dans ce monde bucolique et verdoyant. Les races pensantes n’étaient pas encore éveillées, mais…

Le début de notre histoire diOptera

Notre histoire commence

Ce que nous vous avons conté ne nous concerne pas. Ces histoires nous ont été tirées de nos dieux et des êtres puissants qui naviguent entre les astres de feu.

À partir de maintenant, les histoires qui seront contées, suivrons le long chemin qui a mené notre race à ce qu’elle est aujourd’hui.

L'éveil des elfes

Éveil des Elfes

Bien des Âges se sont passés depuis la naissance de notre maison, nous autres, de race elfique prenons le décompte du temps de notre éveil. Apparue au cœur des forêts équatoriales, notre croissance a suivi celle de notre environnement. Bientôt nous dominions l’ensemble de notre espace, notre esprit pacifique nous poussant à explorer les arts de la musique, du chant et de la littérature.

Début de l'Âge de la Solitude (Vers l'An XI - 890 années de l'Âge de la Solitude)

Seule créature pensante de notre monde, nous développions nos arts et notre savoir, grâce aux savoirs de nos dieux.

Vers l’an 3500, les dieux intervinrent dans notre monde, après que nous ayons découvert des ruines antiques proches de la Grande Mer. Ils nous y interdirent l’accès, en créant d’immenses crètes rocheuses.

Grand boisement (vers l'An IV - 760 de l'Âge de la Solitude)

L’énergie de notre monde fut décuplé par nos dieux. La végétation s’accaparait l’ensemble de l’espace disponible, même les roches les plus noires et sèches arrivaient à accueillir la vie. Cette période fut marquée par la croissance d’arbres gigantesques. Nous décidâmes d’en faire nos foyers. Ainsi, par-delà le continent les elfes s’installèrent à leur cime.

Les nuits écarlates (en l'An XI - 873 de l'Âge de la Solitude)

La crète interdite s’illumina de mille feux. Ces lumières incandescentes brûlèrent les forêts qui léchaient de leur cime les falaises. Des hordes de créatures dévalèrent les pentes à nu des montagnes. Sans armes, nous nous fîmes massacrer. L’intervention de nos dieux nous sauva. Ils enfouirent le mal au plus profond du monde.

Éveil des hommes

L’éveil d’une deuxième race pensante dans notre monde mit fin à 12 000 ans de solitude pour nous autres, les elfes. Néanmoins, leur caractère les rendait bien différents de nous, ils étaient féconds, combatifs, hostiles et très orgueilleux. Ils furent nos disciples pendant plusieurs siècles, avant que plusieurs de leurs royaumes se révoltent, contre nous.

L'âge des hommes dans l'univers diOptera

Fin du Grand Boisement (vers l'An XII - 450 de l'Âge des Créations)

Tel un signe, l’éveil des hommes marque un terme du grand boisement lancé il y a plus de 8 000 ans. Néanmoins, des siècles furent nécessaires avant que les forêts ne perdent de l’espace. Si les hommes ne s’étaient pas mis à les couper pour construire leur maison et se chauffer, elles seraient toujours là.

Le Schisme des premiers royaumes (vers l'An XIII - 100 de l'Âge des Créations)

Le naturel qu’ont les hommes à se faire la guerre, fut décuplé par les elfes les plus perfides. Ils les poussèrent à se haïr et à s’installer près de la Crète, leur faisant croire à la présence de richesses abondantes. Ces elfes poussaient les hommes à s’installer en ces lieux pour servir de bouclier contre les monstres de la Crète. Malheureusement, les hommes découvrirent la vérité…

Naissance des nains dans notre monde dioptera

Éveil des Nains

La terre trembla pendant des heures puis un grondement sourd marqua la fin de cet étrange phénomène. Quelques heures plus tard aux quatre coins du continent, des créatures de petite taille sortirent des grottes, des cavernes et des failles. Les nains venaient de s’éveiller. Leur nombre était colossal, bien plus que nous autres et les hommes.

Premier Âge d'Or (vers l'An XIV - 175 de l'Âge des Créations)

Malgré quelques tensions avec des royaumes humains, la coexistence entre les races était bénéfique pour toutes. L’exploration des sols par les nains permettait de sortir les plus beaux joyaux qu’il était possible de voir, les hommes exploraient tous les recoins du continent et nous autres partagions les propos de nos dieux et nos ancestraux savoirs. La vie offrait ce qu’elle a de mieux à proposer.

L'illumination du ciel (vers l'An XIV - 10 de l'Âge des Créations)

Nos dieux venaient régulièrement nous voir. Les hommes et les nains les découvrirent pour la première fois. Ce fut une période de fête. Ils nous expliquèrent pourtant qu’un mal venait. En effet, plusieurs années après leur arrivée, du feu illumina le ciel de nos nuits pendant plusieurs mois. Quand le ciel redevint noir, nos dieux ne revinrent pas.

Le voile noir du grand malheur (en l'An XV - 600 de l'Âge des Créations)

Les nains et les hommes lancèrent une expédition dans un boyau de la Crète. Après une semaine d’exploration, ils découvrirent les fondations d’une ancienne citadelle. L’exploration fut fructueuse, mais de retour à la surface, nombre des membres de l’expédition se mirent à mourir dans d’horribles souffrances. Le mal se propagea sur tout le continent…

Éveil du mal

La douleur et la souffrance étaient présentes dans tous les foyers humains et nains du continent. Par un hasard qui nous échappait nous n’étions pas affecté par leur souffrance. Nous fîmes tout en notre pouvoir pour les soigner, mais ce n’est que quand des lumières réapparurent dans la crêtes que nous comprîmes…

L'éveil du mal sur le continent de diOptera

Le déferlement (vers l'An XVI - 350 de l'Âge de la Grande Peur)

Les hommes investirent la Crète en quête de monstres à pourfendre. Lors des premiers siècles, les hommes furent victorieux à chaque confrontation, néanmoins le nombre de monstres augmentait inexorablement, jusqu’à l’arrivée de la horde.

L'extinction de la vie (vers l'An XXII - 600 de l'Âge de la Grande Peur)

L’histoire s’est arrêtée pendant plusieurs millénaires, les hommes, les nains, et nous autres les elfes furent plongés dans le chaos et l’effroi. La haine de ces monstres pour la vie les poussait à détruire l’ensemble de nos créations, de nos arts, de nos demeures… Nous disparaissions.

Le jugement dernier

Nos civilisations étaient sur le point de disparaitre. Les quelques communautés vivantes survivaient aux quatre coins du continent. Nous retrouvâmes dans d’antiques textes, des retranscriptions de nos dieux. Cet épisode était conté et comme cela était inscrit, ils arrivèrent dans leur monture volante. Nos dieux nous sauvèrent une énième fois et les monstres furent damnés.

L'intervention des dieux

Le renouveau (L'An 1 du Premier Âge)

Le monde se trouvait complètement modifié, nos mers, nos océans, nos fleuves, nos montagnes. ne semblaient plus se trouver à leur place. Notre immense continent semblait avoir été morcelé. Nous ne trouvâmes plus aucun homme et nain sur nos terres.

Une nouvelle vie (vers l'An 370 du Premier Âge)

Sur nos côtes un groupe d’une dizaine de navires accosta. L’équipage était composé d’individus à l’apparence des hommes, à la force des nains et à l’intelligence des elfes. Leur présence semblait inexpliquée. Leurs navires n’étaient pas communs, et leur récit incohérent.

La réunification (vers l'An I - 400 du Premier Âge)

Grâce à l’ingéniosité du peuple Douémer arrivé sur nos côtes, il y a maintenant un millénaire, nous lançâmes de grandes expéditions pour retrouver nos anciens alliés et amis, les hommes et les nains. Nous les retrouvâmes, les troubles passés avaient plongé leur existence dans l’animalité et la survie. Ils nous prirent pour des dieux.

Le Grand Hiver (vers l'An II - 470 du Premier Âge)

L’année commença par une éclipse totale, interprétée par nos anciens comme un très mauvais signe envoyé des dieux. Quelques mois plus tard, une lueur dans le ciel puis une puissance vibration provoquèrent de terrible changement dans notre monde.

L'éruption des Monts d'Aggra

Le monde était froid, les cultures mauvaises. Les épidémies tuaient les nourrissons, la population déclinait. En l’an 2552, le Massif des Monts d’Aggra explosa, des quantités astronomiques de poussières, de pierres et de cendres bloquèrent les rayons du soleil pendant plusieurs années. Nous implorions nos dieux de nous aider. 

Notre survie s'écrit aujourd'hui

Le mal est de retour, les dieux eux ne le sont pas. Les hommes, les nains et les douémers se sont ligués pour mettre un terme aux destructions qui blessent notre monde. Dans notre faiblesse, nous sommes retournés sur notre continent, laissant quelques-uns de nos représentants auprès de ces races combattantes et fiers. Les mystères de nos dieux semblent se trouver dans les vestiges des Monts d’Aggra.