L’importance de la périodisation dans l’histoire

L'importance de la périodisation dans l'histoire - diOptera
En France la périodisation se fait par l'intermédiaire de quatre périodes canoniques l'histoire ancienne, médiévale, moderne et contemporaine

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Une discipline qui se développe autour de la périodisation canonique.

La nécessité d’apporter une périodisation à l’histoire n’est jamais évoquée dans le cycle d’apprentissage de l’élève, alors que cette notion semble être le système sur lequel reposent la discipline et l’historien. En effet, l’étude et la rédaction des événements passés d’une manière linéaire, sans recherche de sens, de caractéristiques communes ne semblent pas avoir d’intérêts. De plus, c’est une action commune à chaque humain de catégoriser sa propre vie, entre l’enfance, l’adolescence ou encore l’âge adulte. Selon l’historien français Antoine Prost : « l’action de périodiser est unanimement légitime et aucun historien ne peut s’en passer ». Il y a donc une nécessité pour l’historien de traiter l’histoire par des catégories temporelles, au même titre que nous périodisons notre vie. Ainsi, la périodisation est un processus de catégorisation du passé en différents blocs, ayant des similitudes notables ou bien une caractéristique commune. Ce découpage permet de simplifier l’étude et l’analyse de l’histoire. Il permet également de se situer et de comprendre l’importance d’un événement par rapport à un contexte ou à une autre période. Ce n’est par contre pas une science exacte et elle n’est pas immuable. Les périodes pouvant être modifiées en fonction des acteurs qui les décident. Les périodes sont également différentes en fonction des pays, des nations et des cultures. Ce qui nous intéresse, ce sont les grands débats historiographiques autour de la périodisation. En effet, nous souhaitons mettre en avant les notions conflictuelles et les grandes questions que soulève la périodisation canonique[1]. Les périodes ne sont que des représentations contemporaines, qui évoluent au fur et mesure du temps. Pour les hommes et les femmes qui vivaient lors du passage d’une période à l’autre, aucun réel changement majeur n’avait lieu. Dans quelle mesure, l’histoire est-elle touchée par la périodisation canonique en France ? Pour répondre à cette question, nous allons dans un premier temps étudier l’impact de la périodisation de l’histoire dans le monde savant, puis étudier les grands débats sur les bornes utilisées en France.

La périodisation est un sujet complexe qui prend ses sources au XVe siècle. Des humanistes Italiens réalisent une séparation entre l’Antiquité et les « temps modernes »[2]. Cette première séparation est rapidement suivie par l’ajout d’une nouvelle période, le Moyen Âge. Cette triple séparation de l’histoire se généralise dans le monde savant de l’Europe entre le XVIe et le XVIIe siècles. L’époque contemporaine apparaît vers le XIXe siècle. Cette découpe de l’histoire en quatre temps structure alors le monde scientifique, des instituts, des laboratoires, des historiens se spécialisent sur l’une de ces périodes. L’histoire a évolué, que ce soit dans sa professionnalisation, mais également dans sa méthode. Malgré tout, la périodisation canonique reste un point d’ancrage de la discipline. En tant qu’étudiant, ce qui frappe dans le programme universitaire est la découpe du programme de manière périodique : histoire ancienne, histoire médiévale, histoire moderne et histoire contemporaine. La structure même de l’enseignement de la discipline se calque sur la périodisation canonique, mais également le cadre  professionnel, en effet les historiens s’organisent autour d’associations : la Société des professeurs d’histoire ancienne de l’Université (SOPHAU), la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), l’Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), enfin l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche (AHCESR)[3].

Cette frise chronologique représente la périodisation canonique française, avec ses points bornes. (Source - schoolmouv.fr)
Cette frise chronologique représente la périodisation canonique française, avec ses points bornes. (Source – schoolmouv.fr)

La périodisation est ancienne et n’est qu’un simple cadre administratif national. Elle n’a pas de réel fondement historique. En effet, elle n’est valable que pour certaines régions et pays. Ceux qui possèdent des histoires liées à la nôtre ou proche de la nôtre n’ont pas les mêmes bornes. En Angleterre, le passage entre époque moderne et contemporaine[4] est placé lors de la révolution industrielle, en Russie lors de la Révolution d’Octobre 1917. Alors qu’en France la borne initiale de l’époque moderne est placée en 1789 qu’à partir de 1874 – auparavant elle se plaçait en 1810/15. Comme le montre la figure 1, les bornes canoniques actuelles ont encore des points de discordes, sans compter les débats actuels sur la fin de l’Antiquité. De toute manière, le passage d’une période à une autre n’a pas d’incidence sur la vie des hommes et des femmes de l’époque, en effet, lors de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, l’ensemble de l’Europe n’a pas eu une révélation, il n’y a pas une transformation spontanée et universelle de la société, mais plutôt une évolution progressive. Les historiens cherchent aujourd’hui à apporter des sous périodes ou bien à diviser en un nombre plus grand les périodes canoniques. En prenant l’exemple de l’antiquité, nous pouvons affirmer que les Égyptiens du début de la période, vers 3400 av J.-C. sont bien différents des Romains de la fin de la période en 476 ap J.-C. Un certain nombre d’historiens souhaitent l’intégration de la période « Antiquité tardive » entre le IIIe et le VIe siècle[5].

Débat autour du découpage en sous période du Moyen Âge. (Source - diOptera)
Débat autour du découpage en sous période du Moyen Âge. (Source – diOptera)

La périodisation est un fait historique, notre manière de découper notre passée nous est héritée de nos aïeux. La périodisation a évolué au même titre que l’histoire, malgré tout, le découpage en quatre catégories reste la norme, avec son lot de débat sous-jacent sur les dates qui les bornent et sur la véritable nature historique de cette classification. L’enseignement et l’encadrement professionnel de l’histoire sont encore largement touchées par cette périodisation, mais les changements de direction de recherches et nos perspectives modernes modifient grandement notre vision de la périodisation. Les historiens sont aujourd’hui occupés par l’histoire des mentalités, l’histoire économique ou encore l’histoire démographique, qui rendent notre périodisation canonique caduque. Elle n’apporte, en effet, aucun cadre à l’évolution de l’hygiène en Europe ou encore à l’évolution du rapport au jardin en France[6].

Bibliographie

Le Goff, Jacques, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Seuil, 2016, p. 208.

Leduc, Jean « La construction historique des cadres de la périodisation », Atala Culture et sciences humaines, 2015 (n°17), p. 35-48.

Le Bihan Jean, Mazel Florian, « La périodisation canonique de l’histoire : une exception française ? », Revue historique, 2016/4 (n° 680), p. 785-812.

Croix, Alain. « L’historien et son nombril. Essai sur la périodisation du XVIIe siècle ». Littératures classiques, vol. 34, no 1, 1998, p. 15‑25.


[1]Le découpage en quatre catégories principales, les plus anciennes et les plus généralistes. Elles sont admises par le plus grand nombre. Elles permettent de structurer le milieu professionnel des historiens.

[2] Le Bihan Jean, Mazel Florian, « La périodisation canonique de l’histoire : une exception française ? », Revue historique, 2016/4 (n° 680), p. 785.

[3] Le Bihan Jean, Mazel Florian, « La périodisation canonique de l’histoire : une exception française ? », Revue historique, 2016/4 (n° 680), p. 786.

[4] L’époque contemporaine est mouvante pour les historiens anglais, suivant le temps présent, avec une plage d’étude de 80 ans. La période industrielle indique le passage entre « Early modern » et « Late Modern ».

[5] Jean Leduc, « La construction historique des cadres de la périodisation », Atala Culture et sciences humaines, 2015 (n°17), p. 42.

[6] Croix, Alain. « L’historien et son nombril. Essai sur la périodisation du XVIIe siècle ». Littératures classiques, vol. 34, no 1, 1998, p. 15‑25